DeepNest

Rien de mieux à mon avis pour vous présenter ce petit outil que de le faire à partir d’un cas concret.

J’ai besoin de réaliser la pièce ci-dessous.

Cette pièce est composée de 8 éléments (devant, derrière, gauche, droite, dessus, dessous plus 2 entretoises internes).

L’objectif est de disposer au mieux les morceaux sur une plaque pouvant être disposée sur ma graveuse, tout en essayant un minimum de chutes.

C’est ici que va rentrer en jeu le logiciel de nesting.

Au lancement, DeepNest se présente ainsi :

La première opération consiste à ajouter les pièces que l’on souhaite positionner (Bouton Import).

On peut à ce niveau modifier le nombre de pièces souhaité. Dans mon cas 2 pièces de chaque type. A noter qu’un aperçu de chaque pièce est dispo dans la partie droite de l’écran, avec possibilité de zoom.

Il faut maintenant indiquer au logiciel dans quelle surface il va devoir tenter de positionner les différents éléments. A ce stade, vous disposer de 2 solutions.

La première consiste simplement à cliquer sur le bouton +. Le logiciel propose simplement l’ajout d’un rectangle selon les dimensions que vous indiquez.
La deuxième solution est d’ajouter une pièce que vous auriez définie au préalable par le bouton Import. L’intérêt de cette solution est que vous pouvez alors positionner les éléments dans un support autre que rectangulaire !

Il reste à définir la surface définie comme étant LA surface de travail. Pour cela, il suffit de cocher la case Sheet .

A partir de ce moment, le bouton Start nest devient actif, permettant de lancer la recherche du meilleur positionnement.

Mais avant, il est utile de faire un petit tour – au moins la première fois – dans l’écran de paramétrage (petite roue crantée).

L’écran de paramétrage est tellement bien pensé qu’une aide contextuelle apparait pour chaque réglage possible. Pour ma part, seuls les points ci-dessous ont attirés mon attention pour le moment.

Space between parts

Ce paramètre permet de gérer la distance minimale entre 2 pièces.

Part rotation

Ce paramètre va permettre de définir le nombre de positions possible pour les pièces. Une valeur 8 par exemple permettra au logiciel de tester une inclinaison de 45°.

Optimization type

3 options qui permettent de définir comment est géré le meilleur positionnement recherché .

1. Gravity

Ce choix permet de minimiser la largueur utilisée du support. Un choix qui permet d’obtenir une chute rectangulaire

2.Bounding Box

Ce choix cherche à réduire la surface utilisée à un rectangle minimaliste. Cette option est intéressante lorsque la surface cumulée des pièces est relativement petite par rapport à la surface totale.

3.Squeeze

Ce choix va permettre de réduire au maximum la surface globale utilisée, mais va généralement produire une surface qui ne sera pas rectangulaire, rendant l’utilisation finale de la “chute” par toujours aisée.

Maintenant que la configuration est faite, on peut lancer la génération en cliquant sur le bouton Start Nest.

On se trouve maintenant sur un nouvel écran qui doit ressembler à ça :

On retrouve en particulier des informations sur :

    • le nombre de sheet utilisées,
    • le nombre de pièces placées,
    • l’historique des différentes solutions tentées,
    • un visuel du placement.

Et ceci jusqu’à ce que toutes les solutions soient testées.

Pour ma part, dès qu’une solution de placement pour l’ensemble des pièces est trouvée et me convient, j’arrête la simulation.

Il ne reste plus qu’à procéder à l’export , dans mon cas au format .svg

Remarque  : il sera certainement nécessaire de reprendre le fichier généré sous Inkscape, afin de vérifier les couleurs, les épaisseurs, etc , en fonctions des critères nécessaires pour une bonne découpe.

En conclusion :

Un outil simple, gratuit, qui fait le job !

 

 

 

 

Translate »