Boites et boites lumineuses avec LuBan

Encore une fonctionnalité bien pensée dans LuBan : la possibilité de générer des boites aux formes simplement limitées par votre imagination, en simplement quelques clics.

Première démonstration : une boite pour les friandises de votre chat

La chose la plus compliquée va être de trouver le dessin ou le motif qui vous convient. LuBan n’a en effet besoin que de cela pour générer la boite.
Prenons ce simple dessin (merci Google), sans même se préoccuper des dimensions.

Dans LuBan (en français, même si toutes les traductions ne sont pas toujours heureuses)  : menu Fichier , Créer, Photo Magique

Dans le nouvel écran qui est maintenant ouvert, choisir simplement la méthode Boite. Sélectionner simplement le fichier choisi.

On peux ici paramétrer les dimensions et le type de couvercle (le mode Basique est ici idéal pour mon besoin).
Mais pour que le résultat corresponde encore plus à mon besoin, je vais simplement paramétrer Motif intérieur sur Extruder.

Voici une belle petite boite à croquettes (représentée en position ouverte) !!!

Deuxième démonstration : une boite lumineuse

Sur le même principe, il est possible de réaliser simplement des coffrets décoratifs lumineux. L’idée est de partir d’une image contenant un texte comme le fichier ci-dessous :

La seule contrainte est que l’ensemble constitue un bloc unique, c’est à dire que toutes les lettres possède une zone de contact minimum.
Comme tout à l’heure, je réalise les même opérations dans LuBan, à l’exception de certaines options du menu.

Le couvercle est en mode incrustation et le motif intérieur est boite creuse.

Nous disposons maintenant d’un “coffret” dans lequel on va pouvoir installer des leds pour l’éclairage (il faudra juste prévoir un trou pour le passage du câble d’alimentation), et d’un couvercle qui se positionnera juste en façade.

Une fonctionnalité très bien pensée qui ouvre la porte à de nombreuses réalisations.

 

 

 

 

Lithophanie avec LuBan 3D

J’avais déjà fait un tuto sur les lithophanies. Mais il fallait alors passer par des sites en ligne.
LuBan 3D intègre directement un module qui permet de réaliser des lithophanies le plus simplement possible.

Depuis le menu Fichier, il suffit de choisir les options Créer puis Lithophanie pour arriver sur l’ensemble des possibilités de création offertes : plat, en arc, en cylindre, en cône, etc.

Comme exemple, je vais tenter de réaliser une petite lampe de chevet.

Je sélectionne comme Forme, l’option cône, et j’arrive directement à la représentation et à l’ensemble des options (diamètres supérieur et inférieur, hauteur, type de support, fichier à représenter, …) . Une option sympa que je n’avais pas encore rencontré sur les autres outils : la possibilité de mettre le relief à l’intérieur ou à l’extérieur du modèle.

Voici le résultat sans éclairage, avec le motif à l’intérieur.

Et avec éclairage.

Il suffit ensuite d’enregistrer votre création, de la passer dans votre trancheur et de vous lancer dans l’impression.

Pour mémoire, remplissage idéal à 100% (sinon vous alez voir la structure de remplissage), et hauteur de couche 0,1 mm.
Par ailleurs, une impression résine donnera de meilleurs résultats.

 

 

Découper un STL avec LuBan 3D

Une fonction native de luBan est l’impression de très grandes pièces. Dans ce cas, l’idée des d’imprimer en plusieurs morceaux, que l’on assemblera ensuite.

Reprenons notre ami Dino, qui nous a déjà aidé dans le tuto précédent.

Dans le menu Maillage, on choisit l’option Couper.
LuBan vous demande de sélectionner l’unité de mesure. Gardons pour l’exemple les millimètres.
On arrive sur ce nouvel écran.

On retrouve ici :

  • les informations sur le modèle,
  • les capacités de votre imprimante,
  • le type de connecteur d’assemblage,
  • une visualisation du résultat.

Ici, Dino est suffisamment petit pour être imprimé en une seule pièce.

Imaginons que je veuille imprimer un Dino de 300 mm de hauteur.
En modifiant la taille en Z, LuBan recalcule automatiquement X et Y, et place les plans de coupe selon les capacités de l’imprimante.

Si le résultat vous parait correct, il reste à cliquer sur le bouton Coupe.

LuBan a créé pour vous 6 fichiers stl (un pour chaque partie) dans le répertoire que vous lui avez indiqué. Les indications données sur le poids et le temps d’impression sont intéressantes pour comparaison avec le modèle de base, mais pas forcément réelles (car trop dépendantes de votre imprimante, et de la manière dont vous imprimerez les pièces).

Selon le mode de connecteur choisi, chaque pièce pourra être directement assemblée aux autres. LuBan permet d’éclater le modèle pour disposer d’une représentation visuelle du résultat (touche E pour éclater, R pour rassembler).

A vous de jouer.

Manipuler un STL avec LuBan3

Jusqu’à maintenant, la manipulation du maillage des objets stl restait une opération relativement complexe, que l’on réalisait à l’aide d’outils comme MeshLab.

LuBan vient un peu révolutionner pour moi ces manipulations.

Démonstration par l’exemple … Soit ce gentil petit dinosaure, fichier stl, ouvert dans LuBan.

Dans le menu “maillage”, nous trouvons l’option “Réparer”, qui va déjà nous permettre de vérifier que notre modèle devrait être imprimable.
Ici, aucun problème, Dino semble en forme.

Si nous zoomons outrageusement sur l’oeil de Dino, nous constatons que le maillage est relativement dense.

 

Dans ce même menu “Maillage”, LuBan nous propose l’option “Simplifier”. Il va donc être possible d’alléger le modèle, rendant ensuite le travail du Slicer plus simple. Attention néanmoins. Cette opération n’est pas sans conséquence : plus on va simplifier le maillage, et moins la précision de d’ensemble sera importante. On risque de perdre des détails. Tout va donc dépendre du besoin : faut-il avoir autant de détails sur une pièce que vous souhaitez imprimer en (très) grande taille ?

Ci-dessous quelques exemples de simplifications successives, à chaque fois simplification de 30 %.

Après 3 simplifications, on se retrouve avec un modèle qui laisse apparaitre des facettes.

Serait-ce une solution “facile” pour faire du low-poly ?

A noter que parmi les autres options de ce menu, il semble possible de réaliser l’opération inverse, à savoir augmenter la densité du maillage.  Cette option ne fera pas de miracles. Si les détails n’existent pas, LuBan ne saura pas les créer.

Même si j’augmente la densité du maillage sur mon Low-Poly, celui-ci restera un Low-Poly.

 

LuBan 3D : un couteau suisse incontournable ?

Quelqu’un vient de me parler de ce logiciel (Merci G.), et en regardant de plus près, LuBan 3D risque de devenir incontournable, en raison des possibilités qu’il offre.

Je me devais donc de faire un article sur cet outil, qui se décline en différentes versions (gratuit, abonnement, achat définitif).

LuBan 3D : qu’est-ce que c’est ?

C’est la première question que l’on se pose en découvrant cet outil, qui semble offrir de multiples possibilités, malgré cet interface triste que l’on découvre au lancement de l’application.


Si je tente de résumer (d’après ce que j’ai pu voir et/ou tester), LuBan va vous permettre – assez simplement – de :

  • manipuler des fichiers stl pour les réparer, les modifier, les simplifier,
  • découper les modèles trop gros pour votre imprimante,
  • générer des lithophanies,
  • générer des puzzles,
  • générer des pièces articulées,
    • générer des tableaux colorés depuis des photos,
  • générer des illusions d’optiques pour impression,
  • générer des impressions filaires.

Cette liste n’est bien entendue pas exhaustive. Mais les fonctionnalités ci-dessus remettent déjà en cause certains tutos qui présentaient des modes opératoires plus complexes pour obtenir le même résultat.

Vous pouvez découvrir les nombreuses fonctionnalités et télécharger les différentes versions de LuBan sur leur site.

Je vous propose de retrouver mes retours d’expérience sur cette page.

 

Translate »